Groupe ÆQUITAS

La diversité, tout le monde en parle

Mars 2009

Au récent Forum économique mondial de Davos en Suisse, il y avait très peu de femmes (peut-être 17 %). Pourtant une question circulait largement : Serions-nous dans le même pétrin si Lehman Brothers avait été Lehman Sisters ?

Le consensus semblait plutôt à l’effet qu’une gestion optimale de cette banque d’affaire aurait inclus des Brothers et des Sisters. En tout cas, c’est ce que rapporte Nicholas Kristof dans son article « Mistresses of the Universe », paru le 8 février dans le New York Times. .

Dans des temps économiques plus radieux, le débat sur l’apport de la diversité à la gestion des organisations trouvait certes un écho dans les conseils d’administration et au sein de la haute direction des entreprises. L’amélioration de l’image auprès des clients y était pour quelque chose.

Mais aujourd’hui, en pleine débâcle économique qui chamboule bien des repères, n’a-t-on pas d’autres chats à fouetter (ou de billes à compter) ? Sans entonner les canons de la vertu, est-il justement temps d’oxygéner nos pratiques de gestion ?

Eric Foss, président et chef de la direction du Groupe d’embouteillage Pepsi, y voit cependant une occasion d’avancement pour les entreprises. Il insiste¹ : En période de difficulté économique, la gestion de la diversité prend encore plus d’importance.

Son entreprise compte d’ailleurs l’une des équipes de direction les plus diversifiées parmi les organisations inscrites au classement de Fortune 500.

Lorsqu’on lui demande si les employeurs n’auraient pas intérêt à se concentrer sur la productivité plutôt que la diversité, monsieur Ross admet qu’en cette période d’incertitude, les gestionnaires tentent d’abord de contrôler ce qu’ils peuvent contrôler, à savoir la valeur ajoutée, les recettes et les marges bénéficiaires. Ils se préoccupent ensuite des coûts et de la gestion du capital humain. Mais le développement des talents et, par conséquent, la gestion de la diversité, doivent demeurer au cœur des priorités.

Loin d’être perçue comme la tendance du mois ou le sujet à la mode, la diversité est très directement liée à la stratégie d’affaire du Groupe d’embouteillage Pepsi, crise économique ou pas.

On pourrait penser que, dans le climat actuel, il est préférable de maintenir des équipes homogènes (c’est-à-dire des équipes composées surtout d’hommes blancs) sans risquer la confrontation de différents points de vue. Monsieur Ross fait remarquer, en admettant que c’est quand même plus exigeant, que les gestionnaires doivent développer une aisance à jongler avec des perspectives différentes.

Bref, même et surtout en période de crise, la diversité est un facteur déterminant de la performance. Au-delà du discours habituel, elle peut être envisagée sous l’angle des avantages économiques pour une entreprise.      

_________________________________

¹ William J. Holstein, “Diversity Is Even More Important in Hard Times,” New York Times, 14 février 2009, page B2.

Denise Perron CRHA

Mars 2009

© Groupe ÆQUITAS 2009

Une combinaison unique d’expertise (pratique-terrain, consultation, rôle décisionnel dans une commission administrative et adjudicative gouvernementale en matière d’équité, témoin expert, gestionnaire de démarches technologiques) permet au Groupe ÆQUITAS de présenter une perspective à la fois sûre et différente, dans la réalisation de projets pour ses entreprises clientes.