Groupe ÆQUITAS

La question des genres à l’OIT

Juillet/Août 2009

Les mesures mises en place au Canada (et au Québec) quant au chapitre de l’équité entre les femmes et les hommes sont, dans l’ensemble, plus approfondies que dans tout autre pays*. La plus récente Conférence internationale du Travail nous a permis de faire le point sur l’engagement des employeurs du monde entier.

Denise Perron, présidente du Groupe ÆQUITAS

À titre de membre représentant les employeurs du Canada à la Conférence internationale du Travail** tenue à Genève du 3 au 19 juin 2009 sous l’égide de l’Organisation internationale du Travail (OIT), j’ai eu le plaisir de prendre part à la Commission sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

En plus de participer aux 12 séances de la Commission de l’égalité, j’ai collaboré à la rédaction du Rapport de la Commission. Les résolutions et recommandations du rapport ont été adoptées le 17 juin, suite à des pourparlers entre les gouvernements, les employeurs et les travailleurs provenant des États Membres de l’OIT.

Le Rapport de la Commission de l’égalité confirme l’importance du respect du droit fondamental à l’égalité femmes-hommes. Partout sur la scène internationale, la  complexité des questions (incluant celle de l’équité salariale) qui se posent dans les milieux de travail ne fait aucun doute. Principaux acteurs de l’économie réelle, les employeurs rappellent que l’éducation, le développement des compétences et l’apprentissage continu sont toujours des éléments essentiels pour faire face au marché du travail du 21e siècle. Ils reconnaissent aussi les avantages de mettre en place des initiatives de conciliation Travail/Famille.

En séance plénière de la Conférence de l’OIT, j’ai eu l’honneur de présenter certaines observations de l’Organisation internationale des employeurs. Notamment :

« Tout au long des travaux de la Commission, les employeurs ont su démontrer  à quel point ils apprécient la richesse que représente une main-d’œuvre diversifiée pour le monde du travail. La reconnaissance du droit fondamental à l’équité pour les femmes et les hommes fait consensus.

Se passer de l’apport des femmes, qui représentent quand même la moitié de la population mondiale, n’a aucun sens : ni d’un point de vue social, ni d’un point de vue des affaires. Fort de cette conviction, notre groupe s’est employé, lors des discussions de la Commission, à mettre l’accent sur la situation particulière des femmes qui font partie des travailleurs les plus vulnérables. 

Les employeurs sont d’avis que l’utilisation des compétences de la main-d’œuvre sans égard au sexe est essentielle pour une reprise économique réussie.

Nous croyons fermement que les conclusions du Rapport sont prometteuses. Les employeurs sont des créateurs d’emplois ; ils sont prêts à jouer leur rôle pour que se réalise l’égalité en emploi. Plutôt que de palabrer encore sur les problèmes, nous étions d’avis que la Commission de l’égalité se devait de se concentrer sur des solutions, des réponses, des résultats adaptés au contexte de chaque pays et à la dynamique du secteur privé, tout en donnant priorité à la durabilité des résultats. »

En somme, à des degrés différents certes mais l’égalité entre les femmes et les hommes est à l’ordre du jour des employeurs du monde entier. Les employeurs,  ailleurs comme au Canada, veulent cependant que les mesures mises de l’avant soient empreintes de réalisme, qu’elles soient acceptables et acceptées.

* À l’exception de pays scandinaves pour certaines politiques spécifiques.

** La Conférence internationale du Travail est la plus vaste réunion mondiale de gouvernements, d’employeurs et de travailleurs. Elle se réunit chaque année en juin à Genève, rassemblant des personnes en provenance des 183 États Membres de l’OIT. Le rôle de la Conférence internationale du Travail, souvent appelée Parlement international du monde du travail, est d’élaborer et d’adopter les normes internationales du travail et de contrôler leur application au niveau national. Elle fait aussi office de forum de premier plan pour débattre des questions sociales et de travail à l’échelle mondiale.

Denise Perron CRHA

© Groupe ÆQUITAS 2009

Des publications du Groupe AEQUITAS sont disponibles à l’adresse suivante: http://www.groupeaequitas.com/AEQUITAS_Express.php

Le Groupe ÆQUITAS aide des employeurs à répondre aux exigences dans le domaine de l’équité salariale et en emploi.

Nous offrons actuellement aux dirigeants, gestionnaires et professionnels des ressources humaines des ateliers sur la nouvelle Loi sur l’équité salariale au Québec. Ces ateliers permettent aux participants de cerner  les nouvelles obligations qui en découlent et d’élaborer un plan de déploiement dans leur entreprise avant la date butoir. Voir l’invitation.